Un point de départ

Mon dernier texte (Une nuit dans la forêt avec une louve-garou en chaleur) laissera sûrement les amateurs de sensations folles sur leur faim.
Il devrait également me valoir une réputation d’hérétique dans le cercle fermé des amateurs de loups-garous.
Une nouvelle plus « classique » que d’habitude, moins bordélique, moins délirante, sans brutalité (ou presque) ni violence… ce n’est pas que j’aie voulu changé de style mais ce texte prend source dans le souvenir d’une balade étrange. La forêt vibrait sous le soleil et tout semblait m’envoyer un message. J’envisageais la possibilité d’un peuple caché du monde. Je découvrais le frisson des feuilles, impatientes de voir arriver l’automne pour se enfin blottir les unes contre les autres…
Plus j’y pense, plus je me dis que ce texte n’est qu’un point de départ. Une simple rumeur qui à force d’enfler prendrait les atours d’une légende urbaine. De quoi attirer une faune de personnages pas forcément bien attentionnées dans ces bois… des chasseurs de loup-garou, des touristes de l’extrême, des journalistes un peu givrés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *