Sasha Grey’s society

Sasha Grey's Society

Je viens de terminer Juliette Society, le premier roman de Sasha Grey. À aucun moment je n’ai pu me défaire de l’image et de la présence son autrice. Son visage, son attitude, son regard et sa paire de seins pâles m’ont collé à la peau.

S’il est clair que Sasha Grey joue de son image en confrontant ses héroïnes à leurs doubles, cela ne réduit pas le trouble qui m’a saisi tout au long de ma lecture.

J’étais directement interpellé, moi qui ai pris la décision de masquer mon identité derrière un pseudo crypté et un avatar clandestin de fille à cagoule. La question se posait. Devrais-je, moi aussi, jouer sur cette ambivalence, quitte à me servir de mon cul pour vendre des livres ? Ou dois-je me conforter dans l’idée que j’ai fait le bon choix : écrire en totale rupture avec mes activités de sexcameuse pour ne jamais donner prise au lecteur sur autre chose que sur mes mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *