Archives par mot-clé : Porno

CONFESSIONS BRUTALES N°1 : Coincé dans une ruelle avec un travesti et deux lascars

confessions-brutales-1-ziggy-kairos-600px-2

Trailer / Prologue

Je suis une garce. C’est un fait. Il est parfois nécessaire d’en passer par quelques ruses pour dénicher un secret, mais parfois la confession me tombe toute cuite dans la bouche.

Tony n’avait pu résister à l’envie de me parler de son aventure d’une nuit avec un travesti. Il m’avait dit que je pouvais répéter son histoire mais sans jamais prononcer son nom. Tony est donc un faux nom pour parler de ce mec qui avait un fantasme tenace.

Il voulait se taper un mec.

Il voulait sucer une bite et baiser un mec par le cul.

Il voulait la totale (les deux à la fois aurait été le top) mais n’osait pas entrer dans une boîte gay ou draguer un type dans un bar.

À force de consulter la catégorie rencontres adultes de Vivastreet son fantasme prit une nouvelle forme : il fixait désormais son désir tordu sur un mec déguisé en fille – pas un transsexuel, non, Tony voulait se taper un vrai mec, mais un mec hyperféminin déguisé en fille ultrasexy.

 

Chapitre 1 / Natasha était belle et attirante, vraiment salope

Natasha correspondait parfaitement à ce que Tony recherchait : un peu blonde, les cheveux mi-longs, naturels, des yeux bleus cristal, visage fin pointé d’une petite bouche subtilement boudeuse..

L’image de Natasha se recoupait avec ce Tony attendait : qu’il/elle soit la plus féminine possible. Son idéal – pour le dire texto – aurait été une vraie femme avec une vraie bite. Sauf que dans la réalité les transexuels sont loin de ressembler aux shemales des films pornos.

Qu’importe que les beaux cheveux de Natasha soient faux / qu’importe que le bleu de ses yeux soit le reflet d’un jeu de lentille / qu’importe sa toute petite poitrine fabriquée avec du coton ou du silicone, Natasha était belle et attirante, vraiment salope dans toutes ses attitudes.

Tony l’avait contacté et lui avait tout expliqué en quelques emails.

Grisé par l’anonymat, il lui avait livré tous ses fantasmes. Mis en confiance par la tendresse des mots de Natasha, il avait fait le grand saut : envoyé des photos de lui (selfie face miroir au retour de la muscu), il lui avait téléphoné deux fois, et enfin, il l’avait invité à sortir dans un resto sympa.

 

Chapitre 2 / Le grand saut au resto

La plus grande peur de Tony était que Natasha ne ressemble pas aux photos. Il avait peur que l’on voie que c’était un mec. Cela ne lui aurait pas trop posé de problème pour son trip, mais il ne voulait pas être vu aux bras d’un trav’.

Tony ne pouvait plus reculer et fut agréablement surpris par la créature qui l’attendait déjà en sirotant un french kiss – un cocktail composé de Champagne, jus de raisin, sirop de gingembre et sirop de  fraise.

Natasha était vraiment androgyne, bien maquillée, apprêtée comme une vraie fille pour un rendez-vous galant. La soirée fut pour le moins agréable. Ils pensaient manger sur place mais ils se sont dits que les drink à 15 euros c’était un peu cher… et Tony lui dit qu’il avait tout à la maison pour composer un tas de cocktails exotiques – le sex appeal (à base de gin) ou le sex on the beach (à base de vodka).

Une façon comme une autre de passer aux choses sérieuses.

Ils s’étaient racontés tellement de choses par email qu’ils étaient plus que chauds pour passer à l’action. Tony attendait tellement de ce moment que les choses dérapèrent dès la sortie dans la rue.

 

Chapitre 3 / Tony se fait sucer en pleine rue

Natasha lui avait tenu la main – un geste naturel – et la main décorée de quelques bagues fantaisies glissa sur les épaules de Tony, sur sa veste et plus en plus bas encore.

Tony se retrouva sexe dehors dans une ruelle.

Le sexe bien bandé, à l’air juste le temps que Natasha le prenne en bouche. C’était son trip à elle – baiser en public, montrer son cul aux passants, faire bander les pervers avec des regards de salope.

Tony était prévenu – il savourait le moment.

Extra, on ne l’avait jamais sucé comme ça. Natasha le suçait si bien qu’il eût l’impression d’être dans une chatte bien chaude, sensation exquise d’interdit outrepassé. Une suceuse hors catégorie, tellement sensationnelle qu’il lui juta en pleine bouche sans se retenir.

Natasha avala tout sec.

Parmi les choses qu’elle lui avait confiées par mail, il y avait son appétence pour le sperme. Elle adorait sucer et avaler. Jamais elle n’avait gâché une goutte de sperme, lui avait-elle dit.

Après cette pipe merveilleuse, il n’y tenait plus. Tony avait envie (enfin !) d’assouvir son fantasme. Il sentit la bosse dure difficilement cachée sous la jupe de Natasha – et au moment où il allait libérer le sexe de son écrin pour la prendre en bouche à son tour.

Son cœur menaçait de déchirer sa plus belle chemise Tommy Hilfiger. Il battait aussi fort que lorsqu’il avait piqué sa première revue porno chez le libraire avec un de ces bons copains et que l’alarme avait retenti.

Il se revoyait courir dans la ville poursuivi par le fils du libraire, et alors qu’il se débattait avec le petit slip en dentelles de Natasha, deux ombres surgirent au bout de la rue.

 

Chapitre 4 / Deux lascars sortis de nulle part

Deux ombres qui se rapprochèrent dangereusement.

Deux mecs des cités / deux gueules de tueurs bonnes à imprimer sur des avis de recherche / deux grandes gueules qui se mirent à rigoler en réclament une clope.

Une clope… et pourquoi pas une pipe… se demanda Tony.

Il sentait bien que les deux mecs n’avaient pas seulement envie de soigner leurs poumons à coup de goudron – ils voulaient surtout emmerder le monde – un joli couple, en pleine action en pleine rue. C’est pas tous les soirs qu’il y avait autant d’animation dans le quartier.

Tony décida de les prendre à leur propre jeu.

Il leur raconta qu’il venait de se faire sucer quand ils lui demandèrent ce qu’ils foutaient là.

Avec son pantalon ouvert… il ne pouvait pas leur raconter de conneries. Alors oui, il venait de se faire sucer et le plus costaud des deux mecs demanda s’ils pouvaient se faire sucer à leur tour.

Tony n’eut pas le temps de répondre que Natasha commençait à baisser le survêtement Lacoste du grand lascar au cou de buffle. Ce qui leur cloua tous le bec à tous. Elle avait compris que ce serait le seul moyen de se libérer du traquenard.

Une pipe, ou deux, ou trois ! et après on n’en parle plus !!!

La bite était massive comme le reste du corps avec un gros gland bien rond. Tony n’eut qu’à peine le temps de la voir. Natasha le suçait déjà – vitesse réglée au max sur programme intensif.

Le mec était aux anges mais Tony n’était pas rassuré. L’autre, plus sec, plus fourbe, caressait les hanches de Natasha et s’approchait dangereusement de ses fesses. Il lui suffirait de passer la main au mauvais endroit pour déclencher une guerre civile ! Et il y allait tout droit / tout droit entre ses fesses / jupe remontée / les doigts dans la culotte.

C’est mort, se dit Tony quand il vit le lascar tirer une drôle de tête.

 

Chapitre 5 / Le paquet surprise caché au fond du slip

C’était sûr : il venait de découvrir le paquet surprise caché au fond du slip – une paire de couilles fraîchement rasées dans le creux de la main ?

La petite brute au crâne rasé ressortit les doigts trèèèèèèèèès doucement tandis que son pote recevait la pipe de sa vie.

Le lampadaire au bout de la ruelle semblait lancer des coups de canif bleu-cobalt sur les visages. Il leva la main vers la lumière pour détailler ce qu’il venait de trouver dans la culotte de Natasha. Tony mit du temps lui aussi à mettre un nom sur la nature de l’objet / une petite boule luisante en forme d’œuf : un plug anal dégorgeant de lubrifiant.

Le sourire du type était encore plus terrifiant qu’une menace de mort. Il tendit le plug en inox à Tony et sortit sa queue pour l’enfiler dans le cul de Natasha – cash – sans détour – dans ce trou lubrifié avec précaution – et sans autre réflexion qu’un putain c’est bon lâché d’une grosse voix rugueuse de rappeur hardcore.

Il ne mit pas longtemps avant de jouir et cela n’avait pas arrêté Natasha qui continuait malgré tout à sucer le copain. On la voyait peiner tout de même. Elle devait reprendre son souffle avec un peu plus de mal mais elle tenait bon la barre.

Crâne rasé jouit en moins d’une minute. Il sortit sa queue et dit à son pote que la place était libre.

Tony n’en croyait pas ses yeux.

Allait-il mettre à son tour sa queue dans un cul plein de foutre ?

 

Epilogue / Pour un peu, son histoire se terminait comme un conte de fées

Ils se marrèrent tous les deux et le mec en survêtement attrapa les fesses de Natasha pour les placer bien devant lui. Il lui mit une bonne claque sur son petit cul bien tendre. Il lui écarta les fesses en disant qu’on pourrait passer à deux en même temps s’il le fallait.

Il était tellement obnubilé par son cul – bien rose et bien frais – des fesses sans un poil – qu’il ne pouvait voir le début de la peau des couilles de Natasha.

Il ne prit pas de manières pour l’enculer.

Sa seule précaution fut de dire à Tony qu’il ne s’inquiète pas – j’ai pas le sida – et lui aussi jouit en trente secondes chrono.

Il nettoya sa bite dans la jupette de Natasha et remballa le matos comme un pro.

Les deux lascars continuèrent leur route en leur souhaitant bonne soirée sans oublier de prendre leurs clopes au passage.

Natasha était restée le cul à l’air le tissu de la jupe coincé dans l’élastique de la culotte. Du sperme qui lui sortait du cul et glissait sur ses bas.

Tony se disait qu’il pourrait en profiter là tout de suite. C’était une solution. Il pourrait enfiler une capote et  l’enculer à son tour mais il avait peur que d’autres lascars viennent lui taxer son travesti. Et il avait d’autres idées en tête : son trip, son fantasme, c’était d’enfiler un mec par l’arrière tout en lui branlant la bite.

Il voulait faire jouir un mec tout en lui ramonant le cul / il voulait que ce mec soit déguisé en fille / il voulait faire ça bien dans son canapé ou sur sa table basse avec Natasha qui était plus prête que jamais.

Tony hésita un moment à remettre le plug en place en se disant que s’en était fini pour les préliminaires et ils filèrent dans son appart.

Ils passèrent une super soirée et il réalisa tous ses fantasmes. Pour un peu, son histoire se terminait comme un conte de fées, ils se marièrent et vécurent heureux avec plein d’enfants adoptés.