Archives par mot-clé : Sucer

Nouvelle sortie 2018 : PORNO FUTURO

Du porno, du futur, mais aussi du voyeurisme, une chasse à l’homme et des orgies sexuelles sous le contrôle des technologies de pointe.

Et quoi de mieux qu’une série d’extraits pour vous faire une idée de ce que cet ebook porno a dans le ventre :

Elle pleurait, elle geignait, elle poussait des cris dans une autre langue que la nôtre, des jurons portés par sa voix de diva et le caractère irréel de la lumière coulant sur la surface de sa peau bronzée recouverte d’un voile de sueur.
Son visage retouché par les scalpels donnait l’impression d’une créature de comics book en effet 3D – une créature synthétique aux courbes trop parfaites – la peau ultra tendue sur toute la surface du corps – ultra perfectionnée jusqu’à la manière dont ses cheveux lui couraient sur le dos en une superbe vague sculpturale – une créature hyperréaliste jusqu’aux traces de bronzages aux délimitations trop nettes pour être vraies.

Ou encore :

Un condensé de violence suivit cette rapide leçon de choses. Gloria saisit l’homme par la gorge, le regard acéré, la pose chirurgicale, l’attitude millimétrée, plus que jamais confiante en ses qualités d’actrice. Au tour du garçon d’entrer en piste avec cette nouvelle paire de bites, plus fraîches, plus grosses, plus vigoureuses.
Gloria lui colle le visage contre ces gros sexes luisants. Elle ne l’oblige pas tout de suite à sucer. Elle se contente de lui tenir la tête et la secoue dans tous les sens, sur l’une, sur l’autre. L’idée est simple : s’il n’a jamais vu une bite en gros plan, c’est le moment de découvrir quelle odeur ça peut avoir, une vraie bite de mec qui n’attend qu’une bouche pour cracher sa purée.
Il ne pourra pas dire qu’il ne connaît pas la sensation d’une bite lui frappant le visage, tant Gloria s’amuse à lui mettre des coups de gland sur les joues et sur le bout du nez. Elle le prend par surprise, au moment où il s’y attend le moins pour lui mettre dans la bouche et pousser un grand coup sur sa nuque.
La caméra accompagne les impulsions de Gloria – laquelle pousse et repousse sur la tête du garçon pour lui imprimer le bon rythme, celui d’une bonne petite machine à sucer.
Quand il a enfin compris qu’il n’échappera pas à l’humiliation, il se met à sucer de lui-même, d’avant en arrière, comme lui a montré la bimbo la plus célèbre de la planète.

Un ebook porno à découvrir sur Amazon

Miss Salope 2018 – épisode 2 – Mélanie, 36 ans, assistante dentaire à Rouen

Miss Salope 2018 infirmière

« Vous voulez que je vous parle de mes loisirs ? Moi j’aime le cheval, la déco, les sushis, les vacances au ski et réaliser tous les fantasmes des hommes que je rencontre… »

Mélanie est ce que l’on peut appeler une fille toutes options :

– carrossée comme une bagnole de luxe,

– avec deux prototypes d’airbags à la place des seins,

– et maquillée comme un avion de ligne planqué dans les îles par un pilote de ligne à l’humour borderline.

Pour une fois, Mélanie se rend à l’hôpital en simple visiteuse. Il ne sera pas question aujourd’hui de passer sur le billard pour se faire refaire les seins ou gonfler les lèvres. Sachez que le public, le Jury, et même la Production, sont divisés sur le cas Mélanie.

D’aucuns admirent sa plastique.

D’autres la considèrent comme un objet de consommation, voire comme un danger. En témoigne ce commentaire assassin de Josef Kebab sur le site de l’émission: « Je n’oserais jamais toucher ses seins trop peur que le silicone m’explose à la gueule 🙂 »

Mélanie n’en a rien à foutre de ce genre de remarques.

Mélanie est en mission : déguisée en infirmière, elle passe presque inaperçue dans les couloirs, même si les infirmiers et les internes ne restent pas insensibles au claquement des talons sur le sol, ni à la taille démesurément courte de sa blouse.

Elle fait le tour des chambres. À la recherche d’un patient à qui sortir le grand jeu : le grand jeu de l’infirmière salope. Celle qui se penche un peu trop sur vous, qui vous montre un bout de sein pour vous réconforter ou vous effleure la nuque sans le faire exprès. Celle qui fera en sorte que vous ne puissiez pas vous empêcher de lui mettre la main au cul, et qui, si vous ne le faites pas, posera d’elle-même ses fesses sur votre main en vous disant que vous êtes un drôle de coquin.

Mélanie ne s’y est pas prise autrement pour réveiller les ardeurs de Monsieur Jannot, un drôle de coquin de douze ans son aîné, hospitalisé pour une opération de la prostate. Je passe pour voir si tout marche bien, elle lui dit en relevant le drap. Monsieur Jannot bandait déjà. Mélanie n’avait plus qu’à le prendre en bouche avec toute la délicatesse possible.

L’entrée d’une infirmière a coupé Mélanie en plein traitement de choc. L’infirmière lui demande de partir. En guise de réponse, la Miss lui montre son cul et lui fait un doigt d’honneur sans la regarder. Elle ne s’arrête de sucer qu’au moment où un agent de sécurité entre dans la chambre. Celui-ci attrape la caméra et vire l’équipe de tournage (plus de son plus d’image).

 

Verdict du Jury : l’on ne peut que regretter de ne pas avoir vu le final, mais il parait que Mélanie à des révélations à nous faire au confessionnal sur la soirée qu’elle a passé avec l’agent de sécurité. Restez connecté…

Horoscope du mois de mai (Taureau)

Le Minotaure, c’était la légende du lycée.

Personne n’était capable de dire d’où il tirait ce surnom mais tout le monde avait une idée sur la question.

Dans les versions les plus hard core de la rumeur, il se racontait que sa mère avait couché avec un taureau pendant sa lune de miel en Camargue. Pour étayer cette version des faits, il suffisait d’observer son corps de bête fantastique, avec un cou large comme un tronc d’arbre.

Dans une série américaine, le Minotaure aurait joué le rôle du quaterback qui polluait les rêves de toutes les filles du lycée – profs et surveillantes incluses.

Dans la vraie vie, il faisait peur à tout le monde. Peu de mecs auraient été assez fous pour lui chercher des emmerdes. Et les filles le regardaient toutes d’un drôle d’oeil. Beaucoup d’entre nous craignaient qu’il nous saute dessus en nous attrapant par les couettes et nous fasse couiner les mamelles comme une vache laitière.

Au fond, je pense que nous nous étions perdues dans un labyrinthe de réflexions ambiguës.

La vérité était bien plus simple. Ariane, l’une des filles du lycée, avait percé le secret du Minotaure le soir des résultats du bac. Elle voulait fêter sa mention en se faisant cartonner les fesses :

Le Minotaure ? il a vraiment de quoi faire peur oui… elle nous avait dit le lendemain. Quand il a sorti sa bite j’ai cru que c’était une blague, une de ces fausses bites comme dans les sexshops. Au lieu d’avoir un mouvement de recul, je lui ai attrapé pour la soulever. Je m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi lourde et surtout aussi chaude. Je devais faire une sacrée tête parce que vous savez ce qu’il m’a dit ?

On n’avait rien dit, nous, parce qu’on attendait la suite.

Je le remballe si tu veux. Voilà ce qu’il m’a dit… Je la remballe… Oh putain que non je voulais pas qu’il la remballe. Je me sentais tellement conne que je lui ai raconté n’importe quoi. Je lui ai dit qu’il fallait pas qu’il y aille trop fort parce que mon ex n’en avait pas une aussi grosse. L’effet fut immédiat : il s’est mis à bander ce monstre. Sa queue elle se gonfla au maximum.

Ariane s’était arrêté de parler. Elle en avait les larmes aux yeux et je ne devais pas être la seule à commencer à mouiller.

Même dans les films de cul ils en ont pas des comme ça alors je me suis dit que j’allais peut-être simplement le sucer. Il était pas question qu’il me déchire le bassin avec son truc de king kong. J’ai commencé à le sucer, elle a dit en mimant le geste. Ca m’a permis de réfléchir et de me dire que j’en aurais peut-être pas deux comme ça dans ma vie alors je lui ai demandé de me laisser faire. Je me suis assise sur lui et je me suis frottée sur sa bite en essayant d’oublier la taille. Je l’ai mise bien au bord de mes lèvres. Je l’ai fait entrer au ralenti. Je respirais tout doucement. Je repensai à un truc de yoga, à un truc quand le stress est trop fort… un truc rassurant : comme regarder des vidéos de pâtissiers fabricants d’immenses gâteaux…  et à partir de là c’est devenu incroyable. Il était rentré en poussant les meubles en douceur. C’était incroyable. Il y a des mecs qui savent bien baiser, mais là c’était pas pareil, il m’avait tellement déchiré et tellement rempli que je sentais sa chaleur dans tout mon ventre jusqu’à la gorge. Il m’avait, comment dire, saturé avec son sexe, à la fois en force et en douceur. Il me balançait au rythme de mon coeur, je sentais sa bite dans le moindre recoin de mon corps… j’avais jamais prévu qu’un mec puisse me visiter de la sorte, qu’il se balade partout en moi comme dans un labyrinthe, c’est ça son vrai secret au Minotaure, pas seulement sa grosse bite… Il a trouvé la clé pour délivrer un orgasme… Il m’a rempli de plaisir en m’irradiant les entrailles. Tout son corps m’a traversé ma peau. Même ma sueur sentait la jouissance après qu’il m’ait baisé…

Nous ne savions plus quoi dire. Le voile était levé, mais le mystère restait entier. Et c’est à ce genre de mystères, amies et amis taureau, que je vous invite à vous frotter en ce joli mois de mai.

Test je suis Roxy Raye (Dingo Porn 2.0)

Test je ne suis pas un robot.

Test je ne suis pas Justin Bieber.

Test je suis Roxy Raye : je suis un cul de balbutiante revendiqué comme un jeu sexuel – je suis une littérature porno louche pour puceau – je suis un porno gay au garage forcé avec tendresse, avec une casquette Brazzers sur la tête et un kebab au goût de sperme – je suis une suceuse de l’Ouest – je suis une histoire de beurette qui montre sa bite aux trous noirs – je suis ton fantasme de cul de bourgeoise en 3D – je suis ton garde boue hollandais kamasutra pour participer à une fanfiction gangbang + sodomie + bukkake + putes mais sans aucune queue de taulard à l’horizon.

Je suis un test.

Je suis un test, un test.

Je suis une peste.